Serge Grès

Serge GRES ( Kiev, 1899 – Tahiti, 1970 )

Un tour du monde en 100 images, 1932

Carnet de voyage

Crayon, encre, aquarelle et gouache sur papier

24,5 x 24,5  cm

Signé du timbre à sec sur les deux premiers folios

Peintre et sculpteur, Serge Grès, de son vrai nom Serge Czerefkow,  reçoit une formation à l’Ecole des Beaux-Arts de Kiev. Un temps étudiant en philosophie à Varsovie, il vient ensuite à Paris en 1924 où, tout en présentant ses œuvres dans des galeries privées, il expose au Salon d’Automne. Il prend alors le pseudonyme de Grès, que son épouse s’approprie aussi devenant la célèbre créatrice de haute couture, Madame Grès. En 1932, il quitte Paris pour Tahiti, où il demeure jusqu’à sa mort, malgré quelques allers-retours en Europe et aux Etats-Unis pour des expositions de peinture.

C’est dans le contexte de ce voyage sans retour qu’il faut replacer le recueil que nous présentons. Conçu comme un journal de bord, il retrace le périple de Grès qui part de Marseille pour Tahiti en 1932. Au passage, il évoque et dépeint les escales, saisissant visages et paysages, intérieurs et scènes de rue, avec une économie de moyens sans rien perdre de sa puissance d’observation : Alger, puis Gibraltar, la porte étroite vers l’océan, ensuite Madère et les Antilles françaises avant le carrefour interlope qu’est le canal de Panama et ses passages internationaux. Chaque dessin semble être saisi sur le vif, parfois un cobalt profond souligne le cerne d’encre noir d’un visage ou d’un objet. Chaque moment saisi est légendé d’une phrase traduisant une émotion, une sensation, une pensée de l’auteur, ajoutant ainsi encore au sentiment d’intimité dégagé par ce recueil.

Notre carnet de route semble illustrer le jalon manquant entre les carrières parisienne et tahitienne d’un artiste qui ne reviendra jamais en arrière autant d’un point de vue géographique qu’artistique.