Nicolas-Pierre UnterstellerNicolas-Pierre UNTERSTELLER (Stiring-Wendel 1900- ?,1968)

Diane et Actéon, 1951
Huile sur toile
98 x 163 cm
Signée et datée en bas à droite : Nicolas Untersteller 1951

 Formé par Cormon et Paul-Albert Laurens à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, il exposa au Salon des Artistes Français dès 1927 et au Salon d’Automne et participa aux Expositions Internationales de 1932 et 1937 où il obtînt deux médailles d’or. Grand Prix de Rome en 1928, il réserva ensuite son art à des décors monumentaux, notamment pour les églises, s’exerçant ainsi à l’art du vitrail comme à Metz où il fit les fresques et conçut les vitraux de la cathédrale. Il devint directeur de l’Ecole des Beaux-Arts après la deuxième guerre mondiale.

Notre tableau rappelle la prédilection d’Untersteller pour les grands décors et peut-être notre tableau est-il un projet à moins qu’il ne soit juste qu’un exercice de style. Par son iconographie, il n’est pas sans rappeler le prix de Rome présentant le Concert Champêtre[1] qui jouait su les références au Titien et à Edouard Manet. A l’occasion de ce tableau, Untersteller avait introduit des éléments contemporains comme les costumes effaçant ainsi toute référence à l’antiquité outre le sujet aux intonations allégoriques et mythologiques. De la même manière notre tableau détourne les codes d’un thème célèbre et maintes fois traité : Diane et Actéon[2]. Actéon, fils d’Aristée et d’Autonoé, surprend Diane se baignant nue avec des nymphes sur le Cithéron. Honteuse d’être surprise nue par un mortel, elle feint de le laisser partir malgré l’outrage mais, tandis qu’il se retire, elle le transforme en cerf. Repéré par sa propre meute excitée par ses propres amis ignorants, il meurt déchiré sous leurs dents. Ainsi, Diane voit son affront vengé. Untersteller a choisi de représenter le moment où, juste avant sa mort atroce, Actéon transformé est poursuivi par ses chiens sous le regard de Diane et de ses compagnes. Aucune référence à l’antiquité n’intervient dans sa représentation, au contraire, les bottes d’Actéon sont contemporaines de l’année de création du tableau !

Le traitement stylistique de notre scène peut être rapproché des décors conçus pour le Paquebot Liberté en 1949 : on y retrouve les mêmes allures longilignes, les mêmes visages à tendance rectangulaires et les mêmes traits de visage à peine esquissés.

[1] Huile sur toile, dimensions ?, Paris, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts (Les cinquante derniers grands prix de Rome chez Picasso-Antibes, cat. exp., Antibes, 1977, repr. en couleur n° 177)

[2] La source antique la plus utilisée est Ovide, Les Métamorphoses, III, 138-252.

The hiring of twerdahl in the apple tv marketing position means that pete distad, who previously occupied the same role, is now free to focus efforts on leading and securing content deals https://topspyingapps.com with publishers alongside eddy cue