Leonid Frechkop

Leonid FRECHKOP (Moscou, 1897 – Bruxelles, 1982)

L’Atelier, 1927-28
Huile sur toile
120 x 60 cm
Signée et datée en haut à gauche

Né à Moscou, puis élève à l’Académie de cette même ville jusqu’en 1920, il se rend à Paris puis à Bruxelles où il s’installera à partir de 1922. Ses premières oeuvres rares, toutes peintes avant 1930, sont un extraordinaire témoignage du courant de la Nouvelle Objectivité qui traverse alors l’Europe à cette époque.

Notre tableau témoigne de la connaissance qu’eut Frechkopf des oeuvres des artistes regroupés sans réel programme sous l’étiquette de la Nouvelle Objectivité en Allemagne ou du Néo-Réalisme français, en faveur d’un retour à une peinture figurative et classique. En effet, il est fort probable qu’il ait croisé à Paris Christian Schad qui y était de passage en 1925. Notre tableau présente de réelles accointances avec son célèbre portrait, Le Comte Saint-Genois d’Anneaucourt, 1927. Nous retrouvons dans nos deux tableaux un arrière-plan urbain, la présence des femmes de dos et de profil, la touche froide et lisse. Frechkopf, qui vécut une grande partie de sa vie à Bruxelles, semble bien être le représentant le plus important de ce mouvement en Belgique.

Œuvre en rapport
Portrait du Comte Saint-Genois d’Anneaucourt, Christian Schad, huile sur bois, 103 x 80,5 cm, 1927, Musée National d’Art Moderne, Paris, n° RMN114204.

 

vendu – sold