Henri-Dezire

Henri DEZIRE

(Libourne, 1878 – Paris, 1965)

Femme accroupie devant la cheminée, 1907

Huile sur toile

81 x 100 cm

Signée et datée en haut à droite

Exposition : Kunstverein, Leipzig, 1907

Né à Libourne, Henri Déziré suit les cours de dessin de la ville à La Rochelle où il passe son enfance. L’enseignement académique qu’il reçoit par la suite dans l’atelier de William Bouguereau et de Gabriel Ferrier à l’Académie Julian s’efface peu à peu sous l’influence de Manet qu’il étudie en autodidacte au Louvre. Les blancs et les tons clairs qui composent désormais sa palette lui permettent une peinture légère, toute de délicatesse et d’harmonie.

« Le nu a toujours exercé sur Déziré un prestige ; il a débuté timidement par une série de petits nus où il cherche à s’émanciper de l’Académie scolaire, tout en suivant scrupuleusement le modèle. Il le copie brutalement, avec ses beautés et ses tares, avec ses vulgarités fréquentes, et pourtant on le sent très préoccupé de composer ; il harmonise les blancs d’un lit ou les taches d’une corbeille de fleurs avec les tons clairs de la chair et des cheveux. […] La Femme accroupie devant la cheminée allie les qualités d’un modèle consciencieux à de belles valeurs décoratives ». William Romieux, L’Art et les artistes, tome XVI, octobre 1912, Henri Déziré, p. 29-33.

Henri Déziré expose tout au long de sa carrière au Salon des Artistes Français, à la Société Nationale des Beaux-Arts, au Salon d’Automne, au Salon des Tuileries, au Salon des Indépendants et dans les plus prestigieuses galeries, telles que la galerie Druet ou encore la galerie Devambez. Ses tableaux font aujourd’hui partie des collections du musée national d’Art Moderne de Paris, du musée des Beaux-Arts à Nantes, à Lille ou encore à La Rochelle.

Born in Libourne, Henri Déziré spent his childhood in La Rochelle, where he took his first drawing lessons. He was a pupil of William Bouguereau and Gabriel Ferrier at the Académie Julian, but progressively forgot about their teachings when he became influenced by Manet’s work, which he studied by himself at the Louvre. From then on, Déziré’s palette was mainly composed of whites and clear colors and his paintings were light, very delicate and harmonious.

“Déziré was fascinated by nudes. He started timidly, with a series of small pieces in which he tried to get away from the academic style while scrupulously following the model. He depicted his models with their beauties, their defects and their frequent vulgarities, and yet we see he really paid attention to the composition of his paintings. He always made sure the white of the sheets or the flowers in their basket were in harmony with the clear shades of the skin and hair. […] In La Femme accroupie devant la cheminée, the qualities of a conscientious model are associated with a highly decorative style.” In William Romieux, L’Art et les artistes, tome XVI, octobre 1912, Henri Déziré, p. 29-33.

Throughout his carreer, Déziré exhibited at the Salon des Artistes Français, at the Société Nationale des Beaux-Arts, at the Salon d’Automne, at the Salon des Tuileries and at the Salon des Indépendants, as well as in the most prestigious Parisian galleries, such as the gallery Druet or the gallery Devambez. Today, his paintings are exhibited in the Musée National d’Art Moderne and in several fine arts museum, in Nantes, Lille or La Rochelle.

vendu – sold