Georges Hoentschel

Georges HOENTSCHEL ( Montmartre, 1855 – Paris, 1915 )

Paire de vases avec décor d’algues et de poissons, 1900
Grès
115 cm
Signée d’un monogramme sur les socles

Exposition : Paris, Exposition Universelle, Pavillon de l’Union Centrale des Arts Décoratifs, 1900.
Bibliographie : The Paris Salons, 1895-1914, vol. IV, Ceramics and glass, éd. Alastaire Duncan, 1998, repr. p. 256.

Notre paire de vases témoigne de façon remarquable de l’une des nombreuses facettes de Georges Hoentschel : en effet, cet architecte-décorateur, ce mécène et collectionneur, cet ami des artistes de son temps, Boldini et Proust entre autres, se distingua aussi comme céramiste.

Dans ce domaine, il travaillait dans la mouvance de Jean Carriès (1856-1894) dont il fut le collaborateur et le mécène, et dont il racheta les célèbres fours de la Nièvre, à Saint-Amand-en-Puisaye, après sa mort précoce. Carriès avait alors relancé la production de grès, matière dévouée à l’utilitaire qui, grâce à lui puis Hoentschel, allait trouver une nouvelle vocation artistique et esthétique. Cette utilisation du grès provoqua la fascination des critiques d’art de l’époque et des symbolistes, comme Robert de Montesquiou.

Ainsi, nos deux vases illustrent le goût de l’Art Nouveau : leur décor aquatique vernissé fait de coquillages, de poissons et d’algues débordant s’inscrit de façon caractéristique dans ce courant qui lutte contre la symétrie industrielle et privilégie l’expression visuelle des forces actives de la nature. De plus, leurs dimensions font montre d’un tour de force technique exceptionnel pour l’utilisation du grès, matière en général réservée à la fabrication de pièces de petite taille. Cette prouesse autorisa naturellement la présentation de ces vases au Pavillon de l’Union Centrale des Arts Décoratifs, bâtiment conçu par Hoentschel, à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris de 1900. Ce Pavillon, à notre connaissance le seul construit par lui au titre d’architecte, était une oeuvre d’art totale, puisque Hoentschel put prendre à tous les niveaux, architecture et décor, toutes les libertés. Un des éléments décoratifs dominants était le thème de la mer comme nous le montre la célèbre baignoire de Madame de Ganay (fig. 1) (Georges Hoentschel, N. Hoentschel, éd. Monelle Hayot, 1999, repr. p.103), exposée à la même occasion, dont les effets aquatiques vernissés font écho à ceux de nos deux vases.

Ainsi, cette oeuvre unique est autant à mettre en relation avec l’héritage artistique de Jean Carriès qu’avec la vocation d’ensemblier d’Hoentschel.

vendu – sold

Join the mba livewire conversation for those who are fine-tuning their applications to duke, and share thoughts and www.essay4today.com/ ideas