Guillaume ROGER

(Paris, 1867 - 1943)
Jeune Hollandaise

Pastel

56 x 73 cm

Signé en bas à gauche

Bien qu’il ait exposé au salon dès 1892 jusqu’à la fin de sa vie, les œuvres de Guillaume Roger sont plutôt rares notamment celles, puissantes, de la première partie de sa vie. Si ses premiers tableaux témoignent de la vie parisienne Belle Epoque, très vite, dès le milieu des années 1890, il va opter pour une peinture plus naturaliste où ses sujets, toujours féminins, sont représentés dans leur labeur quotidien et où la sobriété du décor les entourant n’en accentue que plus la profondeur d’âme

Cette Jeune Hollandaise, vue de profil et le visage caché par son bonnet traditionnel, appartient justement à ce corpus et évoque à la fois la spiritualité et la poésie. Roger, qui aimait à se rendre en Hollande très régulièrement afin de s’y ressourcer, y a réalisé de nombreuses œuvres qui illustrent la vie à la campagne.