Manuel ORAZI

(Rome, 1860 – Paris, 1934)
La Reine Antinéa, le lieutenant de Saint-Avit et le capitaine Morhange, 1920-1921

Gouache sur papier
62 x 106,5 cm
Signé en bas à droite

L’instant repris pour la conception de cette deuxième affiche correspond à l’acmé du film, lorsque le lieutenant de Saint-Avit envoûté reçoit d’Antinéa le marteau en ébène et argent afin de tuer le capitaine Morhange. En effet, Morhange se refusant obstinément à la reine, celle-ci décide finalement de libérer ses deux prisonniers. Morhange lui promet alors de dévoiler au monde la cité cachée et de revenir accompagné d’une armée pour détruire la pécheresse et son royaume. Se sentant menacée, Antinéa change d’avis, ensorcèle Saint-Avit qui fou d’amour et inconscient, exécute la funeste volonté de sa bien-aimée.

The scene used as an inspiration for this second poster is the acme of the movie, when Saint-Avit, bewitched by Antinéa, receives from her the ebony and silver hammer he will use to kill Captain Morhange. Indeed, as Morhange obstinately refuses to give himself to the queen, she decides to free her prisoners. But when Morhange threatens to tell the world about the hidden city and to come back with an army to take the sinner queen’s kingdom, Antinea changes her mind. She casts a love spell on Saint-Avit who will unknowingly carry out her dreadful wish.